Le quartier de Jaimanitas

Virgen del Cobre Cuba

Quand on entre dans le quartier de Jaimanitas, on est tout de suite saisi par les mosaïques psychédéliques qui ornent les ruelles et les maisons. A tel point qu’il faut demander quelle est la maison de José Fuster. Après avoir erré quelques temps dans ce musée en plein air, le sourire aux lèvres et l’appareil photo à la main, on arrive au but. Comment ne pas penser à Gaudí à Barcelone, à Brancusi en Roumanie ou encore au Facteur Cheval en France?

Qui est José Rodríguez Fuster?

José Fuster est né en 1946 à Caibarién, une petite ville côtière de la Province de Villa Clara, point d’entrée pour le Cayo Santa Maria. Il est issu d’une famille de pêcheurs et à 14 ans, il part dans la Sierra Maestra pour participer à la campagne d’alphabétisation lancée par le gouvernement révolutionnaire. Ensuite, il s’installe à La Havane pour y étudier l’art et à partir de 1966, il commence à en vivre.

Fuster, comme les gens l’appellent, est devenu mondialement célèbre et ses œuvres sont exposées dans le monde entier. Il investit l’argent peu à peu récolté dans la transformation de sa maison, des maisons du quartier et des ruelles adjacentes. A son sens, il s’agit d’un véritable projet communautaire. Aujourd’hui, Fusterlandia est un lieu de visite très prisé des visiteurs, mais l’impact de ceux-ci sur la vie du quartier est à ce jour relativement contenu.

Une œuvre colorée et originale

Les œuvres de Fuster sont faites de mosaïques colorées et représentent des symboles cubains, que ce soit historiques, géographiques, politiques, religieux ou culturels. Dans une ruelle, on tombe sur le Granma, fameux bateau utilisé par Fidel et ses acolytes pour le débarquement du 25 novembre 1956. Le Granma original est visible au Musée de la Révolution à La Havane. Ailleurs, se sont des sirènes qui ornent les murs, un drapeau cubain ou Hugo Chávez « El mejor amigo ». Dans la maison de Fuster, on retrouve la Virgen del Cobre, des scènes de la mer ou encore la main de Dieu.

  • Fusterlandia Granma

Une visite qui vaut le détour

Il s’agit vraiment d’un lieu particulier avec une énergie également toute particulière. Il vaut la peine d’y aller si vous appréciez l’art naïf et êtes prêts à sortir du centre de La Havane. Vous pouvez vous promener dans le quartier, flâner dans les ruelles et prendre des photos librement. L’entrée de la maison de Fuster est gratuite. Vous pourrez également boire un jus ou manger quelque chose dans les petits bars et restos proche de la résidence de Fuster. La mer est proche, mais ici son accès n’est pas aisé, ce ne devrait donc pas être le but du déplacement. La visite convient très bien aux familles avec enfants également.

Centrer